Selon un sondage de l’UDA, 97% des entreprises en 2017 possédaient une page Facebook, et la création de contenu devient un des investissements prioritaires dans l’attribution du budget marketing en 2018

Dans la pratique, pourquoi confie ton encore la gestion de la page Facebook et des réseaux sociaux à un stagiaire ?

Je n’ai rien contre les stagiaires, j’en ai été un.

En 2018, confier sa page Facebook à un stagiaire revient à clamer haut et fort que l’on a rien compris au social selling et aux différentes stratégies qui permettent de tirer parti des réseaux sociaux pour augmenter son chiffre d’affaire.

Parce que oui, on peut vendre avec les réseaux sociaux, Facebook en tête. C’est un outil d’acquisition de trafic extraordinaire. Des leads qualifiés à porté de clic… mais non, on confie encore la page à un stagiaire parce qu’il est jeune et que internet c’est son truc !

Bon nombre de jeunes sont nés avec les réseaux sociaux, mais ce n’est pas pour autant qu’ils en sont des experts. J’enseigne dans plusieurs écoles prestigieuses, et je constate que de nombreux étudiants n’on quasiment jamais administré de page, n’ont aucune expérience dans l’utilisation de l’interface business de Facebook, et ne se sont jamais penché sur l’élaboration d’une ligne éditoriale ou d’une campagne d’ads…

Après tout c’est normal, ils sont là pour apprendre, cela fait partie de mon programme, alors je ne vais pas leur jeter la pierre.

Les réseaux sociaux ne sont ni un divertissement pour enfant, ni une lubie des hyperconnectés. Le monde à changé et le nier revient à refuser d’intégrer une stratégie porteuse à sa stratégie commerciale.

Dans quelques années les jeunes loups communicants seront surement encore mieux formés à cette thématique nouvelle, mais pour l’instant faire appel à une agence ou un consultant permet souvent de mettre en place un vrai plan d’action, avec un ROI effectif et mesurable.

Alors un stagiaire pour renforcer une équipe : oui ! Le laisser livré à lui-même dans l’univers des lolcats et des tops 10 n’a au fond que très peu d’intérêt pour l’entreprise…

Share: