Si tu crée ton entreprise, ils existe des dispositifs d’aide qui vont te faciliter la vie. Des dispositifs financiers qui vont te permettre de te développer plus rapidement et plus facilement ! Le tout c’est de les connaitre. Je te propose de voir tout ça ensemble.

La CCI (chambre de commerce est d’industrie) est localement un facilitateur pour dans le parcours du créateur d’entreprise. Si chaque région possède ses spécificités il y a des dispositifs qui sont généralisés sur l’ensemble du territoire Français. La CCI n’est pas la pour t’aider directement mais plutot t’orienter vers les bons interlocuteurs. Si tu me suis tu sais qu’il est plus facile d’avancer quand on est recommandé !

Aides à la création de la CCI

La plus connue des aides de BPI France a été le Prêt à la création d’entreprise (PCE), mais elle a été supprimée en avril 2015 après 15 ans d’existence. Ainsi, depuis le 1er avril 2015, le PCE a été remplacé par des garanties de prêts accordés aux jeunes entreprises.

Pour pouvoir en bénéficier, il faut que la TPE ou PME ait au plus 3 ans d’existence, et que le plafond de la garantie soit au maximum 70 % du financement visé par le prêt (plafond : 200 000 euros).

Aides à la création de Bpifrance

Vous avez besoin d’aide pour clarifier votre stratégie commerciale, choisir votre statut juridique, rédiger votre Business Plan, évaluer votre besoin de financement… ? Vous aimeriez être suivi avant même de démarrer votre activité ? La BGE peut vous accompagner dans la préparation et le lancement de votre projet de création ou de reprise d’entreprise.

Aides à la création de la BGE

Les prêts d’honneur

2 aides financière sont à retenir et peuvent être obtenues assez facilement (avec bien sur un projet qui tiens serieusement la route… mais ça tu t’en doutes)

Plateformes Initiatives
Les plateformes Initiative financent tous les types de projet de création et de reprise, en dehors des projets d’exploitation agricole et des professions libérales.

Le réseau entreprendre
Pour financer votre projet, Réseau Entreprendre octroie des prêts d’honneur aux entrepreneurs accompagnés et possède un important réseau de partenaires (banques et plateformes de crowdfunding, etc.) Attention le financement s’accompagne obligatoirement d’un accompagnement…

Les aides financières proposées par l’Etat

L’ACCRE

L’aide aux demandeurs d’emploi créant ou reprenant une entreprise ou Accre est un dispositif permettant une exonération partielle des charges sociales pendant les 12 premiers mois d’activité. Ainsi, l’économie réalisée permettra d’améliorer la trésorerie de l’entreprise dans son démarrage.

C’est l’aide financière la plus adaptée aux auto-entrepreneur, pour tout savoir voici un très bon récapitulatif.

L’ARCE

L’aide à la reprise ou à la création d’entreprises ou Arce s’adresse aux demandeurs d’emploi qui perçoivent leur droit au chômage et qui souhaitent créer ou reprendre leur entreprise. Pour en bénéficier, le demandeur devrait donc formuler une demande auprès de l’agence Pôle emploi dont il dépend. Depuis le mois d’avril 2015, ce dispositif a permis aux bénéficiaires de percevoir 45 % de ses droits au chômage sous forme de capital. Il s’effectue en deux versements : d’abord, la moitié de l’aide versée au moment de la création ou de la reprise d’entreprise, ensuite, le solde, 6 mois après.

Le CAPE

Le contrat d’appui au projet d’entreprise ou Cape permet aux créateurs ou aux repreneurs d’entreprise de bénéficier d’une aide d’une société ou d’une association qui va lui offrir des moyens matériels ou financiers.

En contrepartie, le porteur de projet (dirigeant associé unique d’EURL ou SASU) s’engage à suivre un programme de préparation à la création ou à la reprise d’entreprise.

Le FISAC

Le Fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce ou FISAC a pour vocation de favoriser la création, le maintien et la modernisation des entreprises commerciales, artisanales et de services de proximité.

Le FISAC fournit des aides sous forme de subventions, dont le montant ne peut excéder :

100 000 €, s’il s’agit d’opérations individuelles en milieu rural dont la maitrise d’ouvrage est assurée par une collectivité publique,
200 000 € pour les opérations collectives en milieu urbain,
400 000 € pour les opérations collectives en milieu rural et celles concernant les quartiers prioritaires de la politique de la ville.

En bonus une vidéo bien utile :

sources
solutions les echos
Bpifrance
CCI de France
BGE

Share: